Securité rime avec hospitalité

Depuis quelques années, la sécurité s'impose dans tous les pans de notre vie. Que vous vous rendiez dans un centre commercial, un hôpital ou au cinéma, il se trouvera toujours un agent de sécurité pour vous scruter. Depuis les attentats, nous considérons ces précautions comme allant de soi. Mieux, l'absence de garde de sécurité nous semble désormais suspecte.

Autre évolution: le temps est révolu où la sécurité était l'apanage des gaillards aux épaules de déménageurs. Aujourd'hui, les agents de sécurité sont des personnes ordinaires, mais qui savent comment interagir avec le public. Qui ont parfois une carrure de rugbyman, mais toujours une large vision du monde.

Davantage de sécurité et une sécurité à visage humain, voilà deux évolutions des 20 dernières années auxquelles ont ne peut qu'applaudir. Les agents de sécurité n'ont pas pour vocation de faire peur aux gens, mais bien de les accueillir et de leur donner un sentiment de sûreté. Ce n'est pas par hasard que 'sécurité' rime avec 'hospitalité'. Dans la vie quotidienne de l'agent de sécurité, ces deux valeurs sont de plus en plus imbriquées: accueillir les visiteurs avec le sourire, leur indiquer le chemin, tenir la porte à une maman qui pousse un buggy… mais aussi dissuader les fauteurs de troubles potentiels.

Dissuader? Comment ça, dissuader?

C'est vrai, l'agent de sécurité ne parviendra pas à arrêter une bande entière de terroristes ou de criminels professionnels. Par contre, il a un effet dissuasif certain sur les petits délinquants et les malfrats occasionnels. Les chiffres le prouvent, la sécurité est un investissement très rentable quand on considère la réduction du nombre d'incidents (vols, agression, comportements déplacés) et le sentiment accru de sûreté. Autrement dit, les personnes que vous souhaitez attirer viennent plus volontiers, tandis que les indésirables sont éloignés. C'est l'objectif de la sécurité.

La perception

La perception de la sécurité a évolué. Son centre de gravité s'est déplacé de la sécurité pure vers l'hospitalité. Le monde a évolué lui aussi, mais pas la législation. Diverses voix se sont élevées au sein de l'actuelle majorité gouvernementale pour assigner davantage de tâches au secteur de la sécurité, mais le processus législatif reste de longue haleine. Ce statu quo génère des situations étranges. Ainsi, un agent de sécurité peut intervenir sur le terrain privé d'un client lorsqu'une personne gare mal son véhicule ou importune d'autres visiteurs, mais pas si l'incident se produit deux mètres plus loin, sur le trottoir ou la voie publique. Dans ce cas, c'est la police qui doit intervenir.

En matière de prévention, un vide s'est créé dans la sphère de la police, que les agents de sécurité peuvent – et doivent – combler. Dans d'autres pays d'Europe, les services de police recourent déjà à des agents de sécurité pour certaines tâches administratives et pour des missions de prévention en duo, telles que des patrouilles dans les quartiers résidentiels. Dans certains pays, les agents de sécurité peuvent épauler les gardiens de prison. Je pense très sincèrement que la Belgique devrait s'inspirer de ces exemples.

En termes d'investissements, de formations et d'innovation

En termes d'investissements, de formations et d'innovation, pourquoi devrions-nous rester à la traîne des pays européens où ces compétences ont déjà été élargies? Cette démarche doit englober non seulement les formations, mais aussi la technique et le service. Dans cet ordre d'idées, nous disposons chez Trigion d'une équipe superflexible de 'flying agents'. Nous sommes déjà en mesure de déployer des drones pour la surveillance des sites. Nous formons nos agents via des applications de réalité virtuelle. Bref, les avancées se succèdent à un rythme accéléré. Cette évolution est comparable à celle de la téléphonie mobile. Il a fallu près d'un siècle au téléphone fixe pour compter 100 millions d'utilisateurs, mais seulement 15 ans pour les téléphones mobiles et 1 mois pour Podémon Go. En un mot comme en cent, il est grand temps que la législation rattrape son retard dans le secteur de la sécurité!

 

Steven Verrept

General manager Trigion